Pfizer, Moderna, AstraZeneca : quelles sont les différences entre les vaccins contre la Covid-19 ?

Alors que les campagnes de vaccination vont bon train dans plusieurs pays d'Europe et du monde, une question se pose : quel vaccin choisir pour défendre son organisme contre la Covid-19 ? Pour le moment, en France, seul le vaccin Pfizer/BioNTech est commercialisé, mais le vaccin Moderna devrait le rejoindre sur le marché « dans les heures ou les jours à venir », assurait la nouvelle directrice générale de l'Agence nationale de sécurité du médicament Christelle Ratignier-Carbonneil sur Europe 1, le 4 janvier dernier. Quant au vaccin AstraZeneca, il est déjà utilisé outre-Manche, en Inde, en Argentine et au Mexique.
Si quelques milliers de personnes prioritaires ont déjà reçu leurs premières doses vaccinales, les Français plus jeunes et sans comorbidité doivent attendre le printemps pour se faire vacciner. Il est probable alors qu'on leur demande de choisir quel vaccin ils souhaitent se faire injecter. 

Pour faire le meilleur choix pour vous, il est important de savoir ce qui différencie ces trois vaccins, qui sont pour l'instant les plus avancés dans le monde.

Les vaccins Moderna et Pfizer se ressemblent beaucoup, puisqu'ils utilisent tous deux la technologie ARN Messager, qui est aussi utilisée en version atténuée dans le vaccin ROR, rougeole, oreillons, rubéole. Cette technologie permet de fabriquer un grand nombre de doses à faible coût, et en peu de temps. 

Moderna et Pfizer utilisent un ARNm synthétique basé sur la protéine S du coronavirus SARS-CoV-2. La différence majeure, c'est que la formule Pfizer injecte 30 µg d'ARNm dans 0,3 ml de solution saline aux patients, tandis que Moderna a choisi une formule beaucoup plus concentrée : 100 µg dans 0,5 ml de solution saline. 

Le vaccin Oxford AstraZeneca, lui est un vaccin "à vecteur viral". Cette technique permet d'utiliser un autre virus rendu inoffensif comme support pour introduire du matériel génétique du Sars-Cov-2 dans les cellules. Pensez à un cheval de Troie qui entrerait dans votre organisme pour l'attaquer et le forcer à se défendre - et donc à créer une réaction immunitaire.

Si ces vaccins ont reçu l'autorisation d'être commercialisés et injectés, c'est qu'ils ont prouvé leur efficacité. À l'issue de ses tests, Moderna affiche une efficacité globale de 94,1%, avec des résultats en légère baisse chez les plus de 65 ans (86,4%). Pfizer est plus constant : une efficacité globale de 95%, et un score de 94,7% chez les plus de 65 ans. 

AstraZeneca, lui, a mené deux études. Avec la première (une demi-dose, puis une dose complète un mois après) produit une efficacité de 90%. La deuxième étude (deux doses complètes à un mois d’écart) ne montre une efficacité qu'à 62%. Soit une moyenne de 70%, un score tout à fait acceptable pour justifier l'utilisation de ce vaccin. 

Tous ces vaccins comportent des effets secondaires. Une douleur localisée là où l'injection est faite, puis on enregistre des effets secondaires classiques comme une fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires (myalgie) qui disparaissent en moyenne après deux ou trois jours. Les autorités britanniques déconseillaient cependant aux personnes souffrant d'allergies de recevoir le vaccin Pfizer : il pourrait déclencher des réactions graves de type anaphylactique. AstraZeneca ne recense qu'un seul cas d'effet indésirable grave (sur 20 000 personnes vaccinées) : une paralysie transitoire des membres inférieurs.

Facteur important pour coordonner ces vaccinations de masse : le coût et la conservation des vaccins. Si AstraZeneca est aussi attendu sur le marché européen, c'est qu'il est moins cher et moins difficile à manipuler que ses concurrents. L'Union européenne a acheté 400 millions de doses de ce vaccin, au prix unitaire de 2,50 euros. Il peut se conserver pendant six mois dans un simple réfrigérateur, entre 2°C et 8 °C. Cependant, il est peu probable qu'AstraZeneca soit autorisé en France avant février 2021. 

Moderna est le plus cher des trois, avec un coût unitaire à 20,90 euros. L'Europe veut en commander pour 160 millions de doses. Il peut se conserver pendant six mois à -20°C, et pendant 30 jours entre 2°C et 8°C. 

On le savait déjà, c'est le vaccin Pfizer qui impose le plus de contraintes pour son transport et son stockage. Il ne peut être gardé que dans des supercongélateurs, entre -80°C et -70°C. L'Union européenne en a tout de même acheté 300 millions de doses, au prix unitaire de 16,30 euros. 

Pubilié le 05 janvier 2021    Sortiraparis.com

Lavage des mains avec une solution hydroalcoolique

Lavage des mains avec une solution hydroalcoolique

Comment désinfecter son logement?

Comment limiter la propagation du virus dans nos maisons?

La conduite à tenir si vous avez les signes de la maladie COVID-19

Comment se protéger de la transmission aérienne du virus?

Comment sont développés les vaccins?

Les différents types de vaccins contre la Covid-19

Comment les vaccins fonctionnent-ils?

Search